Tachkent

La capitale ensoleillée de l’Ouzbékistan représente une ville moderne, où se sont mêlés harmonieusement les motifs des anciens monuments et les tendances nouvelles du style classique de l’architecture ouzbèque. À Tachkent vous aurez la possibilité unique de vous pénétrer dans le monde merveilleux, où vous trouverez les souvenirs  et accessoires faits à la main et les chef-d'œuvres de la cuisine locale.

Tachkent – une des plus anciennes villes de l’Asie centrale, situé dans la partie nord-est de l’Ouzbékistan, dans la vallée du fleuve Tchirtchik, à l’altitude de 440 – 480 m et occupe le territoire de 30 mille hectos. A l’est et nord-est de Tachkent s’élèvent les contreforts de Tian-Chan occidental.

Sur le territoire actuel de la ville on découvrit des vestiges remontant aux IVe-IIIe siècles av. J.-C. Durant des siècles, la ville changat plusieurs fois son nom: Djadj, Chache, Binkent. Son nom actuel Tachkent fut mentionné pour la première fois dans les manuscrits des géographes du XIe siècle.

Tour
FR08NZ – Découverte de l’Ouzbékistan – Navrouz , 8 jours / 7 nuits Paris – Istanbul – Taсhkent – Boukhara – Shakhrissabz – Samarcande – Tachkent – Istanbul – Paris Order tour

Les curiosités principales :

Place khastimam(ensemble) «Khast Imam» («Khazrati Imam»). Place (ensemble) Khast Imam (Khazrati Imam) est le centre religieux de Tachkent. Elle est située dans l’ancienne partie de la ville, parmi les maisonnettes en terre battu et les ruelles étroites qui ont survécu le tremblement de terre en 1966. Sur la place Khast-Imam se dressent  la médersa Barak Khan, construite au XVI siècle, la mosquée Tilla-Cheikh, le mausolée du saint Abu-Bakr-Kaffal Chachi, et l’Instutut portant le nom d’Imam Al-Boukhori, où font leurs études les étudiants en théologie. A la médersa Barak-Khan se trouve la direction spirituelle des musulmans de l’Asie centrale, avec le mufti à la tête. Dans le même édifice, dans la salle spéciale est conservé le manuscrit original du Coran du calife  Osman  VIIe s. – Coran d’Osman ou Ottoman.

Mausolée de Kaffal-Chachi. Ce monument a été construit à l’honneur d’Imam kaffolAbubakr-Ibn-Ismail-Al-Kaffal-Al Chochi.  La crypte n’a pas conservé son aspect initial. Son apparence actuelle le mausolée eut en 1542. C’est un mausolée asymétrique en dôme-khanaka. Khanakas ont été destiné pour héberger les pèlerins dans les cellules- Khudjras. Les ensembles architecturaux des mausolées comprenaient souvent la mosquée et une pièce pour la préparation de la nourriture qui s’appelait Ochkhona (la cuisine). Aujourd’hui cette construction à une petite coupole,  de lignes simples, а une apparence modeste bien que des vestiges de décorations en mosaique attestent qu’il fut richement décoré dans le temps.

Médersabarakkhan de Barak Khan. La médersa fut construite dans la première moitié du XVIe siècle par le khan de Kokand Barak-Khan de la dynastie des Cheybanides. Grâce à ses élégantes proportions la médersa est considérée comme faisant partie des plus beaux monuments d’Asie centrale. La décoration du portail de la médersa Barak-Khan n’est pas typique pour Tachkent. Sa voûte  a la forme de la niche – kolab-kori; les tympans et les supports sont ornés de brique et de mosaïque différente. Aujourd’hui dans la médersa se trouve la Direction spirituelle des musulmans d’Ouzbékistan.

Médersa Koukaldoch. Médersa Koukaldoch une des curiosités les plus importantes de kukeldashTachkent du XVIs. Les travaux furent menés par le grand vizir Koukaldoch dont le nom fut donné au nouvel édifice, le plus imposant de la ville. Le portail principal ayant la hauteur 19.7 m., mène dans la cour intérieure, limitée par les foyers à un étage, composé des cellules-khoudjrs. Chaque cellule se compose d’une pièce et arc (niche) d’entrée – ayvhane. Deux ou trois étudiants occupèrent une pièce.

jumaMosquée Juma (mosquée de vendredi). Le premier édifice de la mosquée Djouma ( la mosquée principale de vendredi) avait été construit en 1451 pour les frais  du Chaykh Ubaydulla Khodji Akhror (1404-1490). La mosquée principale de vendredi avait été construit sur la colline, pour qu’on puisse voir  de loin cet édifice majestueux. Depuis ce temps-là jusqu’à aujourd’hui les gens l’appellent la mosquée d’Ubaydulla Akhror, à l’honneur du maître de Sufisme, responsable des fidèles musulmans et descendant du prophète Mahomet. La mosquée d’Ubaydulla Akhror avait été presque détruite par le tremblement de terre de 1868. En 1888 elle avait été complétement restauré aux moyens de l’Empereur russe Alexandre III, c’est pourquoi on l’a commencé à nommer La Mosquée de Tsar. Mais après le tremblement de terre de 1966 la mosquée détruisît de nouveau. Suite à l’enlèvement des ruines en 1997, le nouvel édifice a été construit sur la même place.  L’apparence initiale de ce coin attirant de Tachkent on peut  voir sur les vieilles photos rares.

Mausolée du sufi Zanguiata. Mausolée du sufi Zanguiata et de sa femme Ambar zangiotaBibi ont eté construit sous l’ordre de Tamerlan aux années 90 du XIV siècle. Sufi Zanguiata fut 5ème «murid» du sufi Khodji Akhmad Yassavi, qu’on appelle l’ancêtre spirituel de toutes les tribus Turques de l’Asie centrale et Kazakhstan. L’ensemble du mausolée se compose des édifices suivants: la mosquée Namozgoh (1870); minaret (1914—1915); mausolée Zanguiata, la cour intérieure avec les cellules habitables (voir l’image — entrée dans les cellules habitables) — khoudjres de l’ex-médersa (XVII – XIX s.s.); le cimetière avec le mausolée Ambar Bibi.

decoMusée national des arts décoratifs de l’Ouzbékistan. Fondé à la base de l’exposition temporaire d’artisanat local en 1937. Le fond de l’exposition comprend plus de 4 mille pèces de musée, représentants l’histoire de l’art décoratif de l’Ouzbékistan: bois sculpté, céramique, ciselure d’art, bijouterie, broderie de fil d’or, broderie , les exemplaires des articles d’usage courant.

Musée de Beaux-Arts. Fondé en 1918. Dès 1918 à 1935  l‘exposition avait été organisé dans museum-artl’ex-palais du grand-Duc N. Romanov, dès 1935 à 1966 –  dans le bâtiment de « Narodniy Dom » ( maison  populaire) au lieu duquel en 1974 fut construit le nouvel édifice du Musée. La collection initiale du musée comportait les pièces d’art collecté par  le grand-Duc N. Romanov et autres personnes, nationalisés  en avril 1918, et aussi , les articles venus des fonds de musée  de Moscou et Léningrade (Saint-Pétersbourg). De la deuxième moitié des années 30 du XX s. la collection du musée fut beaucoup enrichie par les oeuvres des artistes d’Ouzbékistan. L’exposition du musée comprend les oeuvres des peintres occidentaux, russes et ouzbeks.

subwayMétro de Tachkent. Parmi les moyens de transport utilisés à Tachkent, la place importante occupe le métro. Le métropolitain de Tachkent est une des curiosités connues de la ville et il est l’objet de la fierté pas seulement des habitants de la capitale, mais du pays entier. Il est devenu la carte de visite et la parure attirante de Tachkent. Ses stations, où soigneusement sont gardés la propreté  et l’ordre, représentent de  grandioses ensembles architecturaux, dont les décorations comportent les sujets précis. Cette particularité de ses stations construites et décorées par les plus grands artistes, architectes,  et ingénieurs est reconnue dans le pays et ailleurs.

Place de l’Indépendance. La Place de l’Indépendance (Moustakillik), est une des places mustakillikles plus  grandes de Tachkent , entourée des bâtiments de service public et des fontaines. Sur la place principale de la République d’Ouzbékistan se situe l’édifice officiel du cabinet de Ministres et du Sénat. Sur la place Moustakillik s’élèvent les monuments qui symbolisent la liberté et l’indépendance du peuple. Le monument de l’Indépendance, marquant la souveraineté d’Ouzbékistan représente un grand globe doré avec le contour des frontières  de l’Etat. Le monument de la Mère heureuse symbolise la Patrie, l’enfant représente l’avenir  et le symbole de la naissance du jeune Etat indépendant. Sur la Place Moustakillik se dresse encore un mémorial, consacré aux Morts de la Seconde Guerre Mondiale. Il représente la figure de la Mère Affligée qui a assis près du feu éternel. Plus d’un million d’Ouzbeks sont perdu dans les champs de bataille contre le fascisme. Leurs noms sont écrits en lettre d’or  dans le « Livre de mémoires ».

gabtThéâtre Navoї. Le Grand théâtre Académique National de l’Opéra et du Ballet portant le nom d’Alicher Navoї  est un Grand théâtre unique dans le territoire de l’Asie centrale. Son succès c’est un grand patrimoine des Ouzbéks et la fierté de la Nation. Il est issu d’un groupe de folklores ethnographiques, dont Tamara Khanum, la célèbre danseuse fut la partie. Le bâtiment du théâtre comporte la   syntèse de l’architecture traditionnelle et  les éléments des compositions classiques européennes : la façade  est marquée par les arcades voûtées, la décoration des galeries latérales répète les ornements du portail principal. La salle de spectateurs, de nombreux halls, les escaliers ornés de plâtre  et de marbre modelé.  Dans les panneaux en plâtre sont utilisés des ornements traditionnels typiques aux écoles  de Tachkent, Ferghana, Boukhara, Khorèzme, Samarcande. Dans la garniture des façades et des décorations des intérieurs du théâtre ont été utilisé les motifs traditionnels de l’architecture monumentale ouzbéque. Depuis son inauguration le mois de novembre en 1947 il est devenu le lieu de la présentation  des spectacles mérveilleux et le lieu de célébration  des evénements importants pour la République. Le théâtre fait de grands pas à la recherche de nouvelles formes  et des voies de la réalisation des idées créatives. A la fin de 2013, furent achevés de grands travaux de reconstruction du théâtre  Alicher Navoї.

Mausolée de Chaykh Khovandi  at- Tokhour (Chaykhantohour). Chaykhshaikhantohour c’est un ensemble architectural, dont le centre est le Mausolée de Chaykh Khovandi  at- Tokhour (Chaykhantohour). Etant un des plus importants monuments de Tachkent et de l’Ouzbékistan il se trouve au centre de Tachkent moderne dans le carreau composé par les rues Abay, Alicher Navoї, Chaykhantohour et Abdoulla Kodiriy.

yunusMausolée de Younous Khan. Le mausolée de Younous Khan, c’est le mausolée de Younous Khan de Mogholistan. Il se trouve pas loin du mausolée de Chaykhantohour. C’est un des édifices monumentaux de Tachkent  du XVs., conservé jusqau’à nos jours. Le mausolée éventuellement fut édifié par son fils Akhmad après la mort de Younous Khan, entre les années 1487-1502.

Maison Romanov, Palais de Nicolas Konstantinovitch. Il fut construit en romanov1891 d’après le projet des architectes V. S. Gueytselman et A.L. Benois  pour le grand-Duc Nicolas Konstantinovitch, exilé à l’extrémité de l’empire- à Tourkestan. Le Palais représente la construction allongée à un étage fait des briques cuites jaune-grisatres. Dans le bâtiment il y avait un sous-sol adapté pour l’habitat, où pendant la chaleur insupportable du dehors, il y faisait frais.  Dans ce sous-sol se trouva une grande cuisine aussi. Sur les ailes  furent dressées des tours rondes, embelisantes le bâtiment. Autour du palais, le  célèbre botaniste et pharmacien I.I. Kraouzé  avait tracé  un jardin. Une large allée d’entrée (cochère), ayant l’aspect du portique vitré aux petites colonnes, menait vers la porte donnant sur l’avenue Kaoufman. Ce terrain fut clôturé par la belle grille forgée ayant deux portails : d’entrée et de sortie. Entre la grille et l’allée d’entrée fut tracé un parterre arrondi, entouré d’une espèce de la haie vive. De deux côtés de l’escalier, sur les supports furent alongées deux serfs de bronze aux  grandes ramures. Dans l’aile gauche du palais se situèrent les appartements du Grand-Duc et dans l’aile droite – les appartements de sa femme.

museum-timMusée d’Amir Temir – (Tamerlan). Musée d’histoire des Timourides avait été inauguré (fondé) à Tachkent en 2006. L’exposition du musée comprend les objets (matériaux) archéologiques, ethnographiques et numismatiques, les ornements, l’équipement militaire, les objets parvenus à l’empire de Tamerlan par la Route de la Soie. On peut y voir de ses propres yeux les documents historiques précieux tels comme la correspondance d’ Amir Temir et ses descendants avec les monarques (souverains) européens, les miniatures fines, les copies des portraits de Tamerlan peints par les artistes européens de ce temps-là.  Les vrais tableaux (les originales) se trouvent à présent à la Bibliothèque Nationale de France .

Square Amir Temour. Le square situé au centre de Tachkent et portant squaremaintenant le nom « Amir Temir » avait été fondé à l’initiative de M.G. Tchernyaev, près du bâtiment de l’état-major de la région militaire de Tourkestan. Il fut tracé au croisement des deux rues centrales de la nouvelle partie de la ville  —les avenues Moskovski et Kaoufmanski, d’après le projet « square Konstantinov » de l’architecte N.F. Ulyanov en 1882. 31 août 1994, à l’occasion du troisième anniversaire de Place de l’Indépendance de l’Ouzbékistan a été rebaptisée la place d’Amir Temur, et en son centre un nouveau sculpteur monument Ilhom Jabbarov a été ouvert – un monument de bronze équestre de Tamerlan – un grand homme d’État et chef militaire du Moyen Age, l’un des fondateurs de l’Etat ouzbek, appelé idéologiquement consolider la société autour des grandes réalisations de leurs ancêtres. Assister à l’ouverture de son président de l’Ouzbékistan Islam Karimov a fait un discours dans lequel il a déclaré: «notre peuple, depuis de nombreuses années était sous l’emprise coloniale, a été privé de la possibilité de consulter son grand compatriote, pour rendre hommage à son mérite historique”.

chorsuMarché Tchorsou et la vieille ville. Le marché (bazar) Tchorsou  est le symbole de la vieille ville. C’est un marché asiatique typique, divisé en deux sections  –  celle des objets d’usage courant et des produits alimentaires. On peut y acheter des fruits frais et secs, de la confiserie, des galettes et toutes sortes d’épices venues de tous les coins du monde. Ici, on vous propose le grand choix des articles d’artisanat local. Il y a un rayon où est présenté  la cuisine traditionnelle ouzbèque – le plov, chachlik (brochette), lagman, norin et beaucoup d’autres plats extraordinaires et délicieux.

Cathédrale (Eglise catholique polonaise). La construction de l’Eglise catholique cathedralà Tachkent fut commencé en 1912 à l’initiative du prêtre Iustin Bonaventur Pranaytis,  d’après le projet du  célébre architecte polonais Loudvigue Pantchakevitch. Les travaux chantiers furent commencés par les soldats-catholiques, faisant leur service militaire à Tachkent, plus tard, ils étaient continués par les prisonniers de guerre, detenues près de Tachkent. Parmi eux  il y avaient des ingénieurs qualifiés, des sculpteurs et des maçons. Après la révolution et la prise du pouvoir à Tachkent par les bolcheviks, les travaux furent arrêtés à cause de manque des frais. Le 22 octobre 2000 la cathédrale rétablie de Sacré-Coeur de  Jésus fut consacrée par l’évêque Mariane Olesse — le nonce Apostolique en Kazakhstan et l’Asie centrale dès 1994 à 2001.

uspenskyCathédrale d’Assomption. La cathédrale d’Assomption de Tachkent est une Eglise orthodoxe du diocèse de Tachkent. L’apparence actuelle l’église eut à la fin des années 50 du XX s. A partir de 1945, l’église est devenu la cathédrale principale du diocèse de Tachkent.

Eglise luthérienne. L’église luthérienne- évangélique, située dans la rue luthSadik Azimov, (l’ancien nom est la rue Jukovski). Le premier office eut lieu le 3 octobre 1899. Cette église fut construit d’après le projet A.L. Benois, par la communauté luthérienne de la ville aux frais de I.I. Kraouzé.  A l’époque soviétique le bâtiment fut utilisé comme un dépôt, à la fin des  années 1970 l’édifice fut transmis au conservatoire de Tachkent.  Après les travaux de restauration il fut exploité comme un studio d’opéra du coservatoire. A cette époque, un orgue y fut installé et régulèrement,  il y avaient les  concerts de la musique d’orgue.  Aux années 90 du XX s le bâtiment fut transmis à la communauté luthérienne de la ville, retablie de nouveau, malgré que les luthériens de Tachkent étaient peu nombreux à ce moment-là.

museum-railLe musée de l’équipement technique ferroviaire de Tachkent. En 1988 fut célébré  centenaire du chemin de fer de l’Asie centrale.  Pendant cette fête les locomotives, desservant les chemins de fer de l’Asie centrale, ont été exposés à l’intention de tous, sur la station de la gare du Nord. L’exposition a incité un grand intérêt des habitants et des visiteurs de la capitale.  Suite aux nombreuses demandes et propositions, il était décidé de conserver l’exposition. L’inauguration du Musée de l’équipement technique ferroviaire a eu lieu le 4 août 1989 à la fête professionnelle des employés des chemins de fer (cheminots). Le Musée de l’équipement technique ferroviaire  de Tachkent fait la partie de l’Association mondiale des Musées techniques ferroviaires. Dans le Musée en plein air sont presénté 13 locomotives à vapeur, 17 locomotives à disèle, 3 locomotives électriques , 10 wagons, l’échantillon la plus intéréssant au niveau du progrès technique du XX siècle. Dans trois wagons est organisé l’exposition, représentant l’histoire de la création et formation du chemin de fer de l’Asie centrale.  Les articles des moyens de communication, de sécurité, de la manifestation de la vaillance, les exemplaires de l’uniforme des employés des chemins de fer du passé. Dans le Musée fonctionne la voie étroite ( largeurla voie est de 750 mm), il y a deux rames : les locomotives ТU7а, et deux wagons ouverts à la décoration orientale, trois wagons PV38. Des  visites  intéressantes et variées qui permettent de connaitre l’histoire des chemins de fer et la structure (l’équipement) des locomotives et autres installations ferroviaires.

Historique bref de la ville:

Connu depuis II — I s.s. av.J.C., on trouve defférents noms de ce territoire — Chach-tépa, Tchatch-tépa. Depuis le XI siècle il fut connu sous le nom Tachkent, hypothétiquement ce nom signifie la ville en pierre (en ouzbek toch — ‘pierre’). Aux XIV—XV s.s. Tachkent fit la partie de l’Empire de Tamérlan. En 1586 Tachkent fut conquis par les Kazakhs. Il était sous la domination des Kazakhs presque 200 ans, en tombant parfois dans les mains des souverains de Kokand ou de Boukhara. Aux années 1630 Tachkent devint la résidence des khans du khanat Kazakhs. En 1784, Younouskhodja, le gouverneur de la région de Chaykhontohour  unifia toute la ville sous son pouvoir et créa l’Etat indépendant de Tachkent qui envahit  le vaste territoire au début du XIX. Mais après la mort de Younouskhodja, le pays fut soumis par le khanat de Kokand(1807—1808).

Sous la domination de Kokand, Tachkent fut entouré par un fossé et le rempart crénelé fait de terre battue, ayant 12 portails et la longueur de 20 km. La nouvelle partie de la ville fut fondé après l’occupation de la ville par les troupes russes en 1865; cette partie de la ville était séparé de l’ancienne ville par le canal Ankhor.

En 1865 Tachkent fit partie de l’Empire Russe et  depuis 1867 devint la ville principale de la région de Syr-Daria, le chef-lieu du district. L’ancienne ville accumula l’artisanat et la commerce la nouvelle partie de la ville remplaçant des jardins, des champs et des datchas, représente la vie industrielle.

Selon les données du début du XX siècle Tachkent eut aux environs de  200 mille habitants (Ouzbéks,Tadjiks, Russes, Tartars, Juifs et autres nationalités).

A l’époque d’Amir Timour Tachkent fut transformée en une forteresse particulièrement puissante qui devait permettre de résister efficacement aux attaques des nomades. Après la mort de Timour la ville successivement tombait entre les mains des souverains des différents Etats d’Asie centrale; puis, au XVIe siècle, Tachkent fut rattaché au premier Etat ouzbek et connut un essor économique et culturel particulier : les artisanats y prospéraient, les échanges commerciaux avec d’autres pays se développaient.

La ville est partagée en deux parties – ancienne et nouvelle. Dans l’ancienne partie de la ville se sont accumulés les ateliers des artisans, les petits commerces, les marchés et la nouvelle partie de la ville représente la vie industrielle de la métropole.

Pendant la Grande Guerre Nationale Tachkent devint un des centres d’évacuation, les usines, les fabriques , les théâtres, les studios de cinéma ont y été transportés. Beaucoup d’habitants de la partie occidentale de l’URSS envahie par les nazis trouvèrent l’abri à Tachkent — par exemple, Anna Akhmatova.

Au moment de la colonisation de l’Asie centrale par la Russie, Tachkent devint la métropole de la région. Tachkent d’aujourd’hui se présente comme une cité aux visages multiples. Des bâtiments datant du XVIe siècle voisinent avec les immeubles construits après le tremblement de terre du 26 avril 1966.

A présent, Tachkent est une des villes les plus belles de l’Asie centrale. Toute la ville se noie dans un océan de fleurs et de verdure qui invite aux promenades.

<<   Guide de voyage à Khiva   |   Tachkent   | Guide de voyage à Ayakchi   >>